Patience, Not A Game arrive
DiversÉvènementModePensons éthiqueTextile

Retour sur les demi-finalistes du Prix LVMH 2022

bannière prix LVMH 2022

Pour cette 9ème édition, le groupe français avait annoncé une liste de 20 candidats à l’occasion de la demi-finale 2022 du prix LVMH. Les votes du public étant arrêtées depuis le 9 mars 2022. Jetons un coup d’oeil aux projets écoresponsables parmi ces jeunes créateurs de mode.

Pour cette nouvelle année, le prix LVMH 2022 a encore tenu toutes ses promesses avec pas moins de 1900 candidats à travers le monde ! Ainsi, 20 d’entre eux se sont particulièrement démarqués. Ils viennent de Belgique, de Chine, du Canada, de Corée du Sud, d’Espagne, des États-Unis, de France, d’Italie, d’Irlande, du Nigéria, du Royaume-Uni ou encore du Sri Lanka.

Ils valent bien tous le détour et sont tous attachés à intégrer un système de production plus propre, lié à un savoir-faire artisanal et local. Cependant, certains se démarquent particulièrement par une démarche créative au coeur de l’écoresponsabilité, que ce soit par l’upcycling ou l’utilisation de matières recyclées. Portons donc un regard sur celles-ci.

Amesh par Amesh Wijesekera

Ce jeune créateur né à Londres a ensuite grandi dans son pays d’origine, le Sri Lanka. Obtenant une licence à l’Académie de Design de Colombo, il créera sa marque, AMESH, en 2019.

Célébrant à la fois la culture Sri Lankaise que les communautés locales, la marque joue avec les couleurs tout en se basant sur l’artisanat. Ainsi, elle utilise du textile fait-main et travaille avec des artisans locaux spécialisées dans les exercices manuels. On y retrouve du tricot, du crochet ou encore du tissage. Le résultat ? Un mixte réussi entre travail traditionnel et design moderne.

La jeune marque a fait le choix d’utiliser des tissus et accessoires soigneusement récupérés au cœur des marchés de rue du pays. On retrouve également d’anciens déchets industriels.

Ashlyn par Ashlyn Park

Park a grandi à Séoul avant de poursuivre ses études au Japon, à Tokyo. Engrangeant diverses expériences enrichissantes au sein de maisons comme Yohji Yamamoto, Alexander Yang, Raf Simons ou encore Calvin Klein, elle lancera sa marque éponyme en 2020.

Ashlyn développe des techniques orientales tout en y appliquant une certaine simplicité. Une singularité distinctives notamment par l’utilisation combinée du drapage.

Toute en étant aussi bien féminines qu’intemporelles, les pièces de la marque se construisent dans une logique durable. La marque s’efforce au maximum de réduire ses déchets et son impact sur l’environnement.

Chenpeng par Peng Chen

Développée par Peng Chen depuis 2015, cette marque unisexe d’origine Chinoise se caractérise par des produits d’extérieurs basés sur le concept de « mode taille unique ».

Le créateur s’intéresse à la beauté universelles des formes. C’est notamment par d’énormes vestes bouffantes que Chenpeng célèbre cette idée.

Tout en étant à la fois créatif, expressif et généreux, le jeune créateur prône fermement la durabilité dans la mode.

Niccolo Pasqualetti par Niccolo Pasqualetti

Le créateur transalpin a été formé à Venise puis en Belgique. Il y a obtenu un master en mode féminine à Central Saint Martins pour ensuite faire ses classes chez The Row, Alighieri ou encore Loewe.

Caractérisée par une androgynie ambiguë, la marque éponyme Niccolò Pasqualetti se distingue parfaitement par son ancrage affirmé dans les lignes de la nature. La marque joue entre la longévité et l’éphémère pour confondre vêtements et bijoux.

C’est de par la bourse Stella McCartney que la marque a su mêler sa créativité et à ses valeurs. Ainsi, elle utilise des matériaux durables et s’efforcent de suivre des méthodes de productions similaires. Son lien avec l’artisanat étant l’une des principales caractéristiques.

Róisín Pierce par Róisín Pierce

Róisín Pierce est un label irlandais de vêtements pour femme. Basée sur une fabrication traditionnelle et artisanale, elle présente avec justesse l’histoire des femmes irlandaises.

Elle obtiendra le Prix Chanel des Métiers d’Art puis le Prix du Public pour sa première collection au festival d’Hyères.

Róisín Pierce vise une construction sans déchets. Elle s’appuie ainsi que des modes de production fondés sur le recyclage de vêtements et de tissus invendus. Un résultat unique qui permet notamment d’obtenir de nouvelles textures. La marque fait fabriquer sa collection en Irlande afin de préserver et valoriser le savoir-faire traditionnel.

S.S. Daley par Steven Stokey Daley

Issu de la classe ouvrière de Liverpool, Daley s’est au contraire intéressé à l’élitisme et aux institutions de la haute bourgeoise britannique.

Il se passionnera au cours de ses études pour le monde des régates ou encore la tradition florale. A la suite de sa période de formation, il pratiquera au sein des secteurs hommes d’Alexander McQueen ou encore Tom Ford.

A l’heure actuelle, il s’est basée sur ses différentes inspirations pour donner une véritable identité à S.S. Daley. A cela s’ajoute une attention particulière à l’écoresponsabilité, la marque utilise des tissus recyclés.

Si vous souhaitez découvrir les 14 autres projets en lice, rendez-vous sur le site lvmhprize.com.

Abonnez-vous à notre Newsletter pour ne rien manquer des dernières sorties de NAG :

👉 Retrouvez nos articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :