Patience, Not A Game arrive
Mode

La mode de la surconsommation

mode surconsommation

Durant cette semaine de Black Friday, ou Black Weekend ou tout simplement Black Week, la tentation de renouveler la garde robe est présente. Des promotions de folie, des prix imbattables…bref l’appel à la consommation est omniprésent. Mais est-ce vraiment raisonnable ?
Pascal a dit : “Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point”. Mais au-delà de la raison, en tant que consommateur et amateur de la mode, a-t-on le droit de consommer autant ?

Voici quelques chiffres :

  • 100 milliard de vêtements vendus chaque année
  • 1,2 milliard de tonne de CO2 soit 2% des émissions de gaz à effet de serre
  • 4% de l’eau potable disponible sur la planète est utilisé pour la production de nos habits
  • La teinture et le traitement des textiles est responsable de 20 % de la pollution de l’eau.
  • En Europe, 4 millions de tonnes de textile sont jetés par an…

Et la liste est longue…
Vous pouvez retrouver tout le détail de l’étude ici : La mode sans dessus dessous

L’idée ici n’est pas de vous citer plein de chiffres affolants sur la mode mais d’une part, de prendre conscience de certaines réalités, aussi désagréables soient elles, et d’autre part, de questionner notre mode de vie pour trouver des solutions, et repenser l’industrie de la mode. 

Nous avons des chiffres alarmants sur l’impact de la mode sur la planète. Nul ne peut le nier. Mais un autre élément qui est tout aussi important, c’est l’impact de la mode sur les salariés de cette industrie.
En France, le monde du travail est encadré par la loi, avec un âge minimum légal à partir duquel on peut travailler (histoire de ne pas faire travailler un enfant de 6 ans…), un salaire minimum SMIC afin de garantir à chaque employé un minimum pour subvenir aux besoins de la vie quotidienne. Nous avons tendance à trouver cela normal, mais force est de constater que ce n’est pas le cas dans tous les pays. Le monde du travail n’est pas encadré de la même manière dans les autres pays. De ce fait, une main d’œuvre très peu chère (trop peu cher) est donc disponible pour les entreprises qui veulent produire à moindre coût quand bien même cela signifie une exploitation des enfants. Mais ce n’est pas parce que la loi ne l’interdit pas que c’est éthique. 

Vous avez sûrement entendu parler du scandale sur le rôle de la mode dans l’exploitation et les crimes contre les Ouïghours. Il s’agit d’un peuple, d’êtres humains comme vous et moi, soumis au travail forcé dans des camps de concentration dans la région de Xinjiang, en Chine. Il s’agit là d’un crime contre l’humanité qui se déroule sous nos yeux. Mais nombreuses sont les entreprises qui profitent de l’exploitation de ces personnes, en fabriquant leur produits, ou en achetant chez des fournisseurs mettant en esclavage cette population. Et l’industrie de la mode participe elle aussi à l’exploitation des Ouïghours, et est complice de ce crime. Si vous voulez en savoir plus sur ce drame, n’hésitez pas à suivre Raphaël Glucksmann, député européen qui manifeste pour la libération des Ouïghours.

Mais nous sommes tous responsables, et nous pouvons agir en tant que consommateur. En effet, si on reste dans le domaine de la mode, notre surconsommation de produits, et la fast fashion, alimentent ce genre de dérive. La situation des Ouïghours est un exemple affligeant des conséquences sociales de l’industrie de la mode telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Il est grand temps de changer.

La question qui se pose ici est : pourquoi consommons nous autant de vêtements et autant d’accessoires de mode ? 

Mode et surconsommation

Je me souviens de ces sorties shopping avec mes amies ;  et j’ai une de mes amies, à qui je posais inlassablement 2 questions à chaque fois qu’elle commençait à admirer un produit : “ as tu besoin de ça ?” ou encore “N’as tu pas un produit qui ressemble déjà à ça ?”
J’avoue que je peux être relou…

Mais il faut bien se l’avouer, qu’à chaque fois que je fais cela, elle n’achète pas. Tout cela pour dire, qu’une manière d’éviter une surconsommation de vêtements et d’accessoires est de se poser la question du besoin.

Se vêtir répond certes à un besoin, mais de nos jours, nous n’achetons plus des vêtements pour répondre à ce besoin d’habillement, mais plutôt pour suivre la mode, les tendances… En effet, la production de vêtements a doublé entre 2000 et 2014 alors que nous gardons nos habits moins longtemps…

Bien sûr, avec les réseaux sociaux, et les publicités que nous subissions de tous côtés, dur dur d’arrêter ces achats frénétiques de vêtements. La Fast Fashion est un véritable problème.  Et dans notre monde fini, et sur notre unique planète, continuer de produire et de consommer des collections éclair est un luxe qu’on ne peut plus se permettre. 
Avant d’acheter un article, il faut donc faire des recherches sur la marque, et l’origine du produit. Il faut dans la mesure du possible, privilégier les circuits courts et les marques transparentes dans leur production. Ne surtout pas acheter sur un coup de tête ou une pulsion… Eh oui, c’est à cause de ce genre d’achat compulsif que l’on se retrouve avec des produits portés une ou deux fois seulement, et qui encombre la garde robe. Il ne faut donc acheter qu’un produit dont on a vraiment besoin et dont on a vraiment envie. 

Pour en apprendre davantage, retrouvez notre article sur le Greenwashing.

One comment
  1. Fashion Revolution Week 2021 : La semaine pour promouvoir une mode responsable – Not A Game

    […] ne soit pas réduite à son état actuel qui peut se limiter à une surconsommation rapide (Vous pouvez consultez notre article sur la mode de la surconsommation). Il faudra suivre de près ces évolutions car un appel pour un nouveau “Fashion Pact” a été […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :