Patience, Not A Game arrive
AccessoiresInterviewMode

Gigi Antoinette, des bijoux upcyclés avec poésie et amour

Bannière Gigi Antoinette

Découvrez Gigi Antoinette, une marque créée par Clara, une artiste engagée qui promeut écologie et créativité à travers des bijoux plus jolis les uns que les autres.


Bonjour Clara, comment vas-tu ? Peux-tu nous parler un peu de toi, de ton parcours ?

Je vais très bien, merci ! Je m’appelle donc Clara et je suis la créatrice des bijoux upcyclés Gigi-Antoinette depuis un peu plus d’un an. Avant de créer ma marque, j’ai écrit une thèse de philosophie environnementale et j’ai enseigné à l’université d’Edimbourg en Ecosse, où j’ai vécu pendant quatre ans. J’adore la poésie, Virginia Woolf, les estampes japonaises, la musique New Wave, la Soul et le féminisme intersectionnel !

Super ! Donc ça fait un peu plus d’un an que tu as créée ta marque d’upcycling de bijoux : Gigi Antoinette. Comment a commencé cette belle aventure ?

A la fin de mon doctorat, j’ai déménagé d’Ecosse pour m’installer dans la campagne bretonne.

Enceinte de mon premier bébé, je n’avais qu’une hâte : ralentir et retrouver le temps de créer. Mon parcours académique avait été intense et je me languissais de me reconnecter à la fois à une vie plus lente et à des pratiques créatives plus ancrées.

La création manuelle a toujours été pour moi une manière de me ressourcer et de me retrouver, comme un temps de rupture avec le rythme des études et du travail intellectuel : la couture, le tricot, le crochet, même la création de bougies, et bien sûr les bijoux ! Je chine également depuis mon plus jeune âge, déambulant avec mes parents dans les vide-greniers et braderies du coin, puis flânant parmi les merveilleux charity shops édimbourgeois.

J’adore l’idée que nous sommes tous uniques et que l’on porte tous en nous différentes vies

Clara, creatrice de Gigi Antoinette

Mes parents m’ont transmis un engagement écologique et une forme de sobriété dans mes pratiques de consommation : l’upcycling était une évidence !

Cette notion a l’air d’être ancrée en toi, qu’est-ce que représente l’upcycling à tes yeux ?

J’envisage l’upcycling et la seconde-main en général comme le seul mode de production et de consommation responsable dans le domaine de la mode.

La pratique de l’upcycling me permet donc bien sûr d’être en accord avec mes valeurs écologiques et décroissantes, mais aussi de m’épanouir dans la création car elle m’impose des matériaux rares et d’autant plus précieux qu’ils portent déjà plusieurs vies en eux.

Créer des pièces uniques à partir de matière première vintage et de seconde-main suggère une implication toute particulière et un processus créatif renouvelé à chaque bijou. J’adore l’idée que nous sommes tous uniques et que l’on porte en nous différentes vies : exactement comme les bijoux que je crée !

Tes créations sont magnifiques ! Aurais-tu une idée d’une date, d’une période à laquelle tu as upcyclé ton tout premier bijoux ?

Merci ! J’étais enfant, la maison regorgeait de merveilles en tout genre et je puisais un peu partout pour trouver des perles ou d’autres trésors. J’ai toujours un peu upcyclé, récupéré, raccommodé…

En effet, ça remonte à longtemps… Parlons de tes inspirations… Quand on lit « Gigi Antoinette », on pense à Marie-Antoinette. Si j’ai bien compris, l’univers de cette grande dame te fascine beaucoup, n’est-ce pas ?

Plus jeune, j’étais un peu obsédée par l’univers de Marie-Antoinette et par l’esthétique baroque en général. Le film de Sofia Coppola est toujours une grande référence pour moi, car il mêle mon amour des Strokes et de Joy Division à ma déférence pour les dorures de Versailles, et puis toute cette atmosphère de décadence et de fin du monde – j’adore ! 

Et pourquoi Gigi ? J’avoue que pendant un moment je pensais que c’était ton prénom.

Gigi, c’est le nom de ma chienne qui est morte il y a quelques années. Je disais toujours que c’était ma personne préférée de la terre – et puis mon bébé est né donc j’ai un peu arrêté de le dire.

Je l’aimais si fort, elle débordait d’amour et d’enthousiasme pour tout le monde. J’adore l’associer à la figure de Marie-Antoinette car elle n’a pas grand chose d’autre en commun avec elle que d’être aimée par moi : Gigi incarne plutôt une dimension bohème, spontanée, enfantine et amoureuse de la vie.

Je trouve qu’il y a un côté poétique et artistique dans tes créations. Je parle aussi bien des pièces que de l’atmosphère qui se dégage de ton feed Insta. Est ce que l’art t’inspire aussi ? Y a t-il un courant en particulier que tu préfères ? Tu me parlais précédemment du style Baroque…

Merci beaucoup! Je ne pense pas qu’un courant artistique particulier ait déjà surpassé mon amour pour les estampes japonaises et les illustrations botaniques, mais j’adore William Turner, Gustav Klimt et l’Art déco, mais aussi Niki de Saint Phalle, le courant préraphaélite et la flamboyance de Georgia O’Keeffe !

Tu as de multiples influences ! Revenons-en à tes créations… Quelle est la matière qui t’inspire le plus ? Comment choisis-tu la matière que tu vas upcycler ?

Je privilégie bien sûr les matériaux qui promettent une certaine durabilité, comme le plaqué or, l’argent ou l’acier inoxydable. J’adore les perles d’eau douce, les pierres semi-précieuses, les perles de céramique, les perles émaillées, et puis les dorures en général. 

Dans un contexte où la mode se doit de devenir plus responsable, peut-on dire que ce choix de l’upcycling est ton action pour mettre plus de durabilité dans cette mode ? 

Oui, absolument ! L’upcycling me permet d’être cohérente avec mon engagement écologique. Je consomme très peu de neuf en général et je m’efforce de même de réduire au maximum la part des matériaux neufs dans mes créations.

Et tu fais aussi de la couture n’est-ce pas ? J’ai vu en story sur Insta des créations de vêtements upcyclés. 

Je couds aussi, oui. Je déborde toujours d’idées et les tissus vintage fleuris s’accumulent un peu partout dans mon atelier mais le temps me manque pour tous les honorer. Alors pour l’instant, je couds surtout pour mon bébé, mon amoureux et moi.

Super ! On a hâte de pouvoir en avoir aussi ! 🤩 En attendant, où pouvons-nous shopper tes créations ?

Mes créations sont disponibles sur ma boutique en ligne : www.gigiantoinette.com

On peut aussi les trouver chez Alma Slow Concept à Grenoble, chez Maison Blondie à Rouen, Patron&Fils à Paris (II), dans la boutique circulaire du Studio 5.5 dans le XIème et enfin chez les Fleurs de Frida, à Genève

Et il est possible de faire des commandes sur mesure ? Comment en faire une ?

Il suffit de m’écrire soit sur Instagram, soit via l’onglet contact du site, en me présentant brièvement vos envies et inspirations. On détermine ensuite ensemble ce qu’il m’est possible de créer pour vous en fonction des matériaux dont je dispose.

On me demande parfois une pièce inspirée de quelques autres qui ont déjà été adoptées, mais j’ai aussi réalisé des créations sur mesure qui venaient tout droit de l’imagination de client.e.s – dans tous les cas, j’adore toutes ces demandes spéciales !

C’est noté ! Un drop de bijoux ou vêtements upcyclés est-il prévu pour bientôt ?

Je sors toujours quelques bijoux chaque semaine et je serais le 11 novembre prochain à la Bellevilloise pour un marché vintage & créateur.ices !

Merci beaucoup pour ton temps et pour nous avoir fait découvrir l’univers de Gigi Antoinette.

Merci à toi Paula <3


Un grand merci à Clara, créatrice de Gigi Antoinette ! N’oubliez pas de faire un tour sur son site et ses réseaux pour en voir davantage !

Abonnez-vous à notre Newsletter pour ne rien manquer des dernières sorties de NAG :


Retrouvez nos articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :