Patience, Not A Game arrive
AccessoireMarques éthiquesModeNos InterviewsTextile

Superbe SPB, du streetwear écoresponsable et de l’upcycling

bannière Superbe SPB ITW

Découvrez Superbe SPB, une marque de streetwear écoresponsable… mais avant tout « qui fait de son mieux ». Pour Ugo, fondateur, la narration qui entoure un vêtement peut donner davantage de valeurs aux yeux de celui qui le porte… On vous laisse découvrir les dessous de ce projet ! Bonne lecture !

Superbe SPB ou Superbe, selon les goûts et les couleurs, est une marque qui a vu le jour en 2017 et qui vient du Sud de la France. Si cette intro est correcte, est ce que tu pourrais la compléter et nous expliquer en quoi était-ce un rêve de créer une marque de vêtements ? 

C’est bien ça ! Je viens de Millau précisément ! Pour reprendre depuis le début la création de Superbe SPB, on va dire que c’est un délire entre potes qui est parti un peu trop loin. 

Après mon bac en 2017, j’intègre une compagnie de danse et je reprends peu à peu l’habitude de dessiner. J’ai alors l’idée de faire quelque chose qui réunirai ma bande de potes. A ce moment là, on était plus ou moins deux sur le projet et on s’était mis au défi de lancer une campagne de crowdfunding durant l’été.

Un projet qui se lance finalement sur un coup de tête…

Tout à fait ! Sans réelle stratégie en soit ! 

Cependant la campagne fonctionne super bien et elle dépasse même nos attentes ! Au niveau local, régional, on a la chance d’être soutenu par pas mal de journaux, etc… Le projet prend en très peu de temps une nouvelle envergure. 

A la suite de ceci, je pars à Lyon pendant 3 ans pour poursuivre mes études au sein d’un Bachelor de Mode et de Marketing. Naturellement, Superbe évolue aussi avec moi et j’ai la chance de présenter une conférence à Montréal sur l’importance du storytelling.

SUPERBE SPB
source : Superbe SPB

Cette idée de raconter des histoires fait particulièrement écho à une rupture amoureuse qui a été plutôt difficile à vivre. J’essaye ainsi au maximum de retranscrire mes sentiments sur des dessins et c’est de là que naît la première vraie collection « Lost In Paradise ».

J’opte pour l’idée de la présenter lors du Marché de la Mode Vintage et c’est un véritable carton ! Je me rends alors compte que développer des vêtements et donc des histoires auxquels les gens peuvent se lier, ça parle vraiment !

Le storytelling me permet et permet à la personne qui porte le vêtement de s’exprimer d’une certaine manière.

Le nom Superbe a aussi une histoire particulière ?

Pour l’anecdote, ça remonte au lycée. C’était notre manière de dire « je n’en ai rien à foutre » et ce, avec un certain ton de voix…

D’un point de vue technique, la sérigraphie est effectuée par tes soins et elle t’accompagne depuis le début ?

C’est bien ça ! Entre temps, j’ai appris durant une année la sérigraphie avant de me décider à  vendre quelque chose que j’avais fait moi-même.

Maintenant, ça va faire deux ans que j’essaye de travailler en plus sur des bases sustainable, avec des fournisseurs européens et en faisant de l’upcycling.

Comment je justifie cela dans la marque ? Je me dis qu’en amour, on est plus ou moins des pièces réutilisées quand on se retrouve avec une nouvelle personne. L’upcycling te permet d’être une nouvelle personne en quelque sorte.

Tu m’as parlé rapidement de tes fournisseurs. Ont-ils des certifications ? Répondent-ils à des chartes particulières ? 

On retrouve le règlement européen Reach mais aussi la certification Standard 100 by Oeko Tex.

C’était important pour toi de faire valoir cet aspect éthique et responsable ?

En vérité, ça m’apparaît comme une évidence. 

C’est plus ou moins une tendance actuelle pour certaines marques alors que c’est une réelle nécessité. Je n’ai pas la volonté d’être catégorisé comme une marque de vêtements éthiques mais plutôt comme une marque qui fait de son mieux. 

Pour certains produits, c’est très difficile donc j’essaye au maximum de ramener le savoir-faire au plus proche de l’Europe. Avec l’upcycling, j’ai aussi cette opportunité d’être guidé techniquement par le produit utilisé tout en étant libre artistiquement de proposer ce qui me ressemble. 

Pour les pièces upcyclés, on retrouve des jeans, certains crop-tops…

C’est ça ! Des t-shirts universitaires à manches longues aussi ! 

Ensuite tout dépend de ce que je peux trouver que ce soit en fripes, ou dans des grands destockages

Simplement pour les jeans, je me limite à prendre seulement des Levi’s Made In USA pour que ça colle à l’image de la marque. 

Tu as un rapport ancien à l’upcycling ou ça t’es venu assez tard ? 

Rien que pour la seconde main, je pense être l’un des seuls jeunes par chez moi à me rendre chez Emmaüs pendant mes années lycées. Très vite les mamies qui y travaillaient me garder certaines pièces de marques pour que je puisse les revendre et me faire un peu d’argent de poches.

Peu à peu, dès que je trouvais des bases vierges sans trop d’intérêt pour moi, je les « upcyclais ». Ça pouvait être des vestes en jean où je mettais un peu de javel et où je dessinais quelques trucs avec un posca pour ensuite les revendre. 

Dans mes souvenirs, c’est aussi ma passion pour les Etats-Unis et le style américain qui m’a motivé à chiner. Pour obtenir des maillots de Basket, il fallait faire cet effort !

Concernant le style Superbe actuel, on est sur du streetwear avec quelques pointes de sportwear selon les capsules proposées. 

On est bien sur du streetwear à l’heure actuelle ! Mais ce qui intéressant c’est de voir comment sont portées les pièces par les gens. Les lookbooks représentent ma vision mais avec un autre regard, on retrouve aussi bien certaines pièces dans un style casual, sportif, etc…

Je suppose aussi que tes goûts évoluent et qu’on pourrait retrouver un tout autre style à l’avenir. 

Superbe est avant tout mon terrain de jeu créatif. J’aurais pu l’appeler en mon nom mais comme ça, je peux plus facilement proposer différentes histoires qui ne sont pas forcément les miennes.

SUPERBE SPB UNTIL THE SUNSET
source : Superbe SPB

Du coup, on y retrouve notamment une inspiration à l’univers tennis rétro très californien. D’où te vient cette idée ? 

Je me rappelle que ça fait un an tout juste qu’elle est sortie puisque j’imprimais les pièces devant Roland Garros. Dans ma famille, j’ai eu beaucoup de joueurs de tous niveaux et j’ai rapidement baigner là dedans. 

Pendant le confinement, je me suis remis à jouer et je me suis dit que ce serait un kiffe de sortir une collection qui s’apparente à un club de tennis. 

Pour l’aspect rétro, je pense que Lacoste et ces jupes plissées mêlé à la Californie des années 70 m’ont pas mal inspirés pour l’univers Endless Summer que j’ai créé. 

Un amour d’été est censé durer un été, sauf si celui-ci est sans fin, c’est un amour pour la vie.

Ugo bouard, fondateur de superbe spb

Tu veux nous parler de cet univers : Endless Summer ? 

Pour résumer cela, je remonte souvent au principal échec que j’ai pu rencontrer avec la marque…

Avant le Covid, j’avais prévu une grande collection d’environ 20 pièces que je devais dévoiler à Montréal lors d’un défilé. Malheureusement je reste seulement deux jours sur place avant d’être rapatrié.

Cette collection s’appelait Endless Summer et la phrase qui traduit le mieux ces mots c’est : Un amour d’été est censé durer un été, sauf si celui-ci est sans fin, c’est un amour pour la vie.

Pendant tout un été, j’ai pris des photos avec un Polaroïd que j’ai essayé d’agrémenter pour raconter tout une histoire. 

Peu à peu, avec le covid, j’ai fait une réelle introspection et je me suis demandé ce que je voulais faire de cette collection. Je me suis rendu compte que je voulais créer autour de cet univers. Superbe est ancré dans Endless Summer. Je trouve beau de voir comment les gens peuvent tomber amoureux, que ce soit en deux jours, ou en moins de deux mois, en se révélant leurs « vrais-eux ». 

Avec les vêtements, j’estime qu’on peut exprimer ce qu’on est réellement. Cet été sans fin, à travers ce qu’on porte, peut nous aider à être continuellement le « vrai-nous ». 

C’est vrai ! Est ce que tu veux nous partager ce qui arrive prochainement pour Superbe ? 

J’ai donc un nouveau t-shirt ‘Until the sunset’ qui va sortir d’ici peu.

Pour le mois à venir, je développe quelque chose autour des cowboys. On sera surement sur des t-shirts et des casquettes, à voir pour le reste. Je travaille sur l’idée de vieillir le vêtement. J’aime le vécu d’un vêtement, mais il est vrai que c’est difficile de faire admettre aux gens d’acheter du vintage. Du coup, je commence par utiliser des bases éthiques

On t’a découvert lors du Pop-Up SEVA, une marketplace où tu es également présent. Est ce que tu participes à d’autres events ?

Mes pièces sont disponibles sur mon site en ligne sinon je participe à tous types d’events et je suis également dans un shop du Marais au 11 rue Commines, 75003 Paris. C’est un espèce de coffee shop / concept store qui s’appelle Safe Urban Concept.

Et pour suivre Superbe, ça se passe sur Instagram, sur Facebook et même Linkedin…

Tout à fait ! J’ai aussi une chaîne Youtube et un TikTok au nom de superbe_ugo, disons que c’est le compte créateur.

Merci à Ugo, fondateur de Superbe SPB, pour cette interview ! On vous conseille vivement de découvrir encore son univers !

Abonnez-vous à notre Newsletter pour ne rien manquer des dernières sorties de NAG :


👉 Retrouve nos autres interviews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :